mercredi 23 septembre 2009

Bonjour à tous !

Me voici depuis un mois investi d'une mission par le ministre Hervé Novelli.
Elle consiste à développer la formation en alternance et l'apprentissage.

Vaste domaine vous me direz, avec ses problèmes récurrents.

J'ai accepté parce que je suis convaincu, comme vous, qu'on peut faire quelque chose.

Je crois aux hommes et aux femmes qui travaillent dans nos maisons, aux jeunes en formation qui sont l'avenir de l'accueil et de la tradition française.
J'ai le sentiment que l'hôtellerie-restauration est à un tournant, une chance s'offre à nous, nous devons la saisir.

Aujourd'hui, je lance ce blog qui est un outil destiné à tous les acteurs de la restauration, formateurs, chefs des différents types de cuisine, partenaires, salariés, étudiants, apprentis...
C'est une lettre d'info sur l'avancement de nos travaux.

Vous y trouverez des renseignements précieux sur le dispositif de formation.
Nous comptons sur vous pour nous donner vos impressions, vos commentaires, en un mot, vos avis.

Nous avons besoin de tous et je suis sûr que je peux compter sur vous.



Régis Marcon

2 commentaires:

Yvon a dit…

Monsieur Marcon.
Professionnels et enseignants, nous sommes ravis d'apprendre que vous êtes chargé de cette mission. Votre charge est lourde sachant qu'il s'agit de défendre les intérêts de notre métier et peut être avant tout des intérêts des jeunes qui se préparent à prendre notre place. Pour ma part, j'ai eu la chance de commencer ma carrière en grandes brigades, de devenir restaurateur et d'obtenir pour mon établissement le titre de meilleur bistrot traditionnel à Paris en 1993 (guide Lebey).
A 50 ans passés, je me suis présenté au concours PLP et suis depuis deux ans professeur de cuisine en lycée professionnel. J 'ai une certaine expérience de l' apprentissage puisque dans mon ancien restaurant mes apprentis et stagiaires ont été jusqu'à sept à obtenir le CAP cuisine la même année. Une inquiétude me taraude : Cette mission n'a-t-elle pas pour vocation de prôner le tout-apprentissage au détriment de l'enseignement en lycée. En lycée professionnel, nous recevons des élèves qui sont souvent en échec scolaire. Notre rôle est de leur transmettre des connaissance de notre métier tout en leur permettant d'acquerir un socle de connaissances générales nécessaire à la réalisation d'une forme ou d'une autre de carrière. Maintenir cet éventail de possibilités, entre le lycée et le CFA est à mon avis le moyen de toucher le plus de personnes. Nombre d'élèves après avoir commencé leur formation en lycée, décident de poursuivre leur formation en alternance. Nombre d'élève en sortie de troisième n'ont pas les motivations et la capacité d'entreprendre de réelles études en alternance. Je suis persuadé que votre démarche ne va pas dans le sens d'aider quelques-uns, appelés à devenir l'élite de notre métier, mais à permettre au plus grand nombre de prendre le temps de découvrir que l'apprentissage d'un métier comme le notre est un facteur d'émancipation et de réalisation personnelle au service des autres. Dans l'attente de vous lire et de suivre l'évolution de votre mission, je vous salue bien cordialement. Yvon Levaslot

Ageon a dit…

Nous vous félicitons pour votre enthousiasme et votre énergie au sein de cette mission


Vous pouvez aussi m'envoyer vos commentaires par courrier à
Régis Marcon
BP:Formalternance
1 rue du Vivarais
43290 Saint Bonnet le Froid
ou
me contacter par mél